Pourquoi autant d’applications GTD ?

On ne peut être que surpris par le nombre d’applications (à la fois les applications web ou applications offline) se revendiquant de l’approche GTD (Getting Thing Done) de David Allen. Il n’y a pas une semaine, sans une nouvelle application. Faut-il y voir uniquement un phénomène de mode ?

gtdlogo.png

Voila quelques pistes qui me viennent à l’esprit pour expliquer cette situation :

  • Souvent on voit les développeurs (Thinking Rock, Nozbe) dire qu’il n’y avait pas d’applications existantes correspondant à leurs besoins. Ils ont ressenti le besoin d’en construire une nouvelle. GTD favorise naturellement une appropriation (ou un détournement) des outils par chacun. On va peut-être là vers des applications personnelles adaptées au besoin de chacun en fonction du contexte d’utilisation : les logiciels de situation (voir également l’article de Shirky sur “Situated Software”). Dans ce genre de logiciel, l’utilisateur peut lui-même par le biais d’abstractions et de mécanismes logiciels bien pensé, modifier le logiciel en utilisant son expertise et les spécificités de son domaine (par exemple, un logiciel GTD pour enseignant ne devrait pas être le même que celui pour un chef d’entreprise).
  • Autre piste pour expliquer le nombre importants d’outils GTD, c’est qu’ils sont facile à implémenter. Qu’est-ce qu’une application GTD sinon qu’une application de type TODO un peu particulière (c’est-à-dire permettant de faire des listes de choses à faire). Généralement (voir comme exemple Actiontastic, Ghost Action) ce sont généralement des applications très simples, au style dépouillé. On rejoint ainsi la philosophie Unix : faire une chose mais bien ;-)

Peux-être que les lecteurs de ce blog ont d’autres explications à ce phénomène d’explosion ?

WordPress database error: [Table 'doesnotunderstand.wp_comments' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_comments WHERE comment_post_ID = '152' AND comment_approved = '1' ORDER BY comment_date


Subscribe

Subscribe to my RSS Feeds