50 ans de l’Intelligence Artificielle

L’Intelligence Artificielle fête cette année ces 50 ans. La conférence de Darmouth de 1956 est généralement considérée comme l’acte fondateur de cette discipline qui existait auparavant notamment sous le terme de cybernétique.

Ce vendredi 3 novembre était organisé à l’initiative de l’AFIA une après-midi de rencontres et de débats pour faire le point sur ces 50 premières années et donner des pistes pour le futur.

Voici quelqu’unes des présentations qui m’ont le plus intéressé :

L’après-midi a été inauguré par Jacques Pitrat, un des fondateurs de l’IA en France. La racine de notre arbre généalogique comme l’a si bien dit Michèle Sebag dans son introduction. Jacques Pitrat a une vision assez pessimiste et se montre assez critique : “il y a eu 50 ans de progrès en informatique, mais pas forcément 50 ans de progrès en IA”. D’après lui, il y a trop d’articles théoriques dans le domaine, pas assez papiers qui lui donne envie de les lire. Il faut d’après lui revenir à des choses expérimentales, seule approche qui permettent de donner des résultats sur le long terme. Par une coincidence assez extraordinaire, il explique que 50 ans avant, il avait rédigé une composition dans le même amphithéâtre dans lequel nous sommes sur le thème du robot, ami ou ennemi de l’homme !

La deuxième présentation est de celle de Jean-Gabriel Ganascia, qui tente d’expliquer le temps cyclique du progrès en IA. Les progrès en IA ne semblent pas linéaire, il y a parfois des retours en arrière, des techniques qui deviennent démodées puis reviennent sur le devant de la scène (comme par exemple les réseaux de neurones initiés par les travaux sur le Perceptron de Franck Rosenblatt en 1958, puis qui réapparaissent dans les années 80 ou encore les travaux sur les réseaux sémantiques (1980) revenus maintenant à la mode par l’intermédiaire du web sémantique). D’après lui, les prédictions à long terme de l’IA sont étrangement plus fidèles que les prédictions à court terme. Il finit par proposer un modèle cybernétique (par rétro-action) du développement en IA qui pourrait expliquer le comportement cyclique et chaotique.

Yves Caseau, DSI chez Bouygues, nous a ensuite dit comment l’IA était utilisé dans son entreprise. Pour lui, les systèmes d’informations doivent devenir auto-installés, auto-paramètrés, auto-maintenus, auro-réparables, … c’est l’approche de l’Autonomic Computing. Petit à petit, on passe d’une approche mécanique des SI à une approche plus organique. La qualité de service devenant une propriété émergente et non pas défini explicitement dans le SI.

À la différence de Jacques Pitrat, Lucs Steels croit que l’IA a connu de grands succès depuis 50 ans et par voie de conséquence elle a inspirée de nombreuses autres disciplines : philosophie, psychologie, neuro-sciences notamment. Comme Pitrat, il prone une approche très expérimentale de l’IA et pense qu’il faudrait passer plus de temps à comprendre l’histoire des idées. Il propose enfin plusieurs nouveaux challenges pour l’IA de demain : résoudre les problèmes multi-culturels et résoudre la crise liée au réchauffement climatique. Il nous faut aussi en tant que chercheur (et je suis complètement d’accord avec lui sur ce point) prendre nos responsabilités vis à vis de ce problème.

Patrick Taillibert (Thales) dans sa présentation plaide pour la conception d’un nouveau langage de programmation permettant de programmer des agents autonomes. Il existe des quantités de modèles d’agents (BDI, agents hybrides, …) et les langages de programmation existants sont soit trop limités (Java) ou bien encore trop spécifiques, i.e. axés sur une seule préoccupation (CLAIM, 3APL).

La journée s’est fini par un débat animé par Eunika Mercier-Laurent sur les nouveaux défis de l’IA. Chacun des participants à ce débat (Patrick Albert, Paul Bourgine, Vincent Lemaire, Patrick Taillibert et Michèle Sebag) devaient proposer de nouveaux challenges pour l’IA pour les années qui viennent. Le co-voiturage,la conscience artificielle, l’automatisation des réglementations, le web 3.0 ont été quelques unes des pistes proposées.

Luc Legay, ancien camarade de jeu de CraoWiki était également présent et devrait mettre en ligne prochainement quelques vidéos des présentations qu’il a réalisé pour l’occasion. Vous trouverez sur son site, une interview de Patrick St-Jean, maître de conférence à l’École Normale supérieure de Cachan.

WordPress database error: [Table 'doesnotunderstand.wp_comments' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_comments WHERE comment_post_ID = '17' AND comment_approved = '1' ORDER BY comment_date


Subscribe

Subscribe to my RSS Feeds